Début 2016, une notification m’interpelle : « Le mardi 16 février, à l’Agro ParisTech (à Paris), aura lieu la conférence Vous êtes l’élite de l’élite de l’élite de la France, par Mathieu Dalmais, qui expliquera comment il a refusé son diplôme d’ingénieur ».

D’habitude, les invitations à des événements Facebook entraînent la même réaction.

Invitations Facebook
Vue d’artiste

Mais cette fois-ci, je suis intrigué.

L’Agro est l’école d’ingénieurs agronomes à Paris. L’événement est présentée comme une conférence gesticulée – concrètement, un PowerPoint avec un présentateur jeune qui chante et qui danse par moments.

YouTube donne accès à une représentation à Dijon – le texte est similaire à ce que j’ai pu entendre.

La conférence a aussi été filmée à Paris, et le décor et la technique étaient meilleurs ; je changerai le lien quand la nouvelle vidéo sera disponible.

 

Je pensais tomber sur une critique un peu superficielle genre la Crème de la Crème – mais en fait pas du tout.

Je ne vais pas résumer la conférence, plutôt retranscrire ce que j’ai cru bon de noter… et renvoyer vers les sources (passionnantes) que Dalmais a évoquées.  Donc ce sera peut-être décousu par moment.

5. C’est quoi un ingénieur ?

 

Conférence Ingénieur Sans Frontières
Le conférencier

Mathieu Dalmais fait partie de l’association Ingénieurs sans Frontières (ISF). Sa conférence gesticulée s’inscrit dans le cadre de leur campagne FORMIC (Former l’Ingénieur Citoyen). ISF ont une histoire riche, et des idées à base de « je construis des puits pour les pays pauvres grâce à mes connaissances poussées d’ingénieur en 1ère année » – pas très effective altruism peut-êtremais c’est sympa de vouloir mettre ses compétences au service du bien. (Wow j’ai du courage aujourd’hui, je gagne une médaille Charlie là ?).

Le jeune conférencier se présente. Dans son parcours, je reconnais d’anciens camarades – et moi-même. Mathieu est fils d’ingénieur et petit-fils de boulanger. Il n’a jamais vraiment été étudiant, il a surtout été un élève. Pas du genre à penser par lui-même sur sa formation et son parcours ; plutôt du genre à suivre les ordres et les règles du jeu de la scolarité.

D’ailleurs c’est un mauvais perdant : une mauvaise note en primaire qui lui a donné de l’urticaire. Depuis, il pense surtout à gagner au jeu de l’Éducation Nationale avant de penser à son avenir.

Un jour, il entend et s’émeut du discours de Jacques Chirac à l’ONU : « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs », sur le changement climatique.

 

Fuck Yeah Jacques Chirac
Ma réaction quand on parle de sauver la planète – Source : FYJC

Il a été porteur de parole : des gens qui portent un carton dans la rue, avec une question. Le but est d’écouter les gens et leurs réponses, créer la discussion. Un peu comme un BlaBlaBook, sauf que les réponses sont affichées dans l’espace public pour développer la discussion.

Dalmais cite ses anecdotes avec la question « C’est quoi un paysan ? », puis surtout « C’est quoi un ingénieur ? ». Et pose la question au public de l’amphithéâtre de l’Agro ParisTech.

On entend diverses réponses, comme « un cadre ». Le PowerPoint argumentera plus tard que le cadre n’est pas formé pour la société, mais pour l’entreprise – c’est « une fonction technocratique opposée à l’idée de démocratie ».

On entend aussi « Est ingénieur celui qui a un diplôme d’ingénieur ». Pas faux (mais à débattre).

D’où vient-il, ce diplôme ?

Les écoles d’ingénieurs se sont créées en opposition à l’université : elles seules acceptaient des élèves sans le bac, indispensable au contraire pour entrer à la fac.

Pour le conférencier (et Ingénieurs Sans Frontières), l’ingénieur est d’abord le maître d’œuvre de la technique. (Dalmais évoque l’entraînement mental, qu’ISF essaye de valoriser – les Résistants ayant été formés par Vichy auraient créé cette méthode d’éducation populaire pour transmettre leurs savoirs à leurs nouveaux réseaux.)

Historiquement, les maîtres techniques étaient d’anciens apprentis : les travailleurs manuels acquéraient les compétences de donneurs d’ordre. Plus tard, on a mis en place un système plus efficace : les maîtres sont formés dans des écoles spéciales, tandis que les ouvriers restent ouvriers toute leur vie. On a toujours besoin de plus d’ouvriers que de maîtres.

L’ingénieur est aussi une élite : il a réussi un concours, c’est littéralement quelqu’un qui a réussi. Ce Titre d’ingénieur a été créé par Napoléon – pour que les bourgeois puissent se sentir moralement supérieurs, maintenant que la noblesse leur avait laissé le champ libre sur la politique et les affaires. Et c’est ce qu’on préfère appeler méritocratie.

Dalmais cite ici Bourdieu, « Noblesse d’État – Grandes écoles et esprits de corps ».

4. L’élève ingénieur : l’élite ghettoïsée ?

Source : EDF, probablement
Campus de Palaiseau – Vue d’artiste

L’ingénieur devient peu à peu un manager, il doit sortir du bureau pour cadrer ses équipes. Sous Vichy en 1943, les écoles intègrent des rudiments de sciences sociales et de gestion.

Pendant les mouvements ouvriers, les patrons utilisent les ingénieurs pour venir travailler et casser les grèves (d’après Dalmais – je n’ai pas trouvé de source sur ces événements).
En 1973 se crée la Conférence des Grandes Écoles (CGE) – un lobby organisé pour séparer et élitiser les Grandes Écoles. Parallèlement, à la Comission des Titres d’Ingénieurs (CTI), qui domine les enseignements, c’est admis : les Grandes  Écoles ne sont pas un service public, mais une industrie. Un compte-rendu de réunion de la CTI l’évoque : de toute façon, « il n’y a pas d’alternative à l’économie de marché ; la génération Y est donc toute prête pour être malléable au travail au service des grandes entreprises ». (je n’ai pas trouvé la source)

There Is No Alternative
Coucou Margareth

Dalmais évoque le rôle des classes prépa, notamment là pour apprendre à bosser dur pour les patrons plus tard… Ces mêmes lobbys poussent le mythe de l’ingénieur comme métier de rêve.

Et les écoles sont les nouveaux paradis. Elles reçoivent 40 fois plus d’argent par élève que la fac. De l’argent pour « les assoces » et les fêtes, qui occuperont nos emplois de temps, marié à un isolement géographique : c’est la carotte et le bâton pour qu’on reste entre nous, fermés, concentrés au même endroit. Et c’est là que les Bureaux des Élèves (BDE) jouent leur rôle – le bras droit du système (on y reviendra plus tard).

Dalmais parle de Saclay. Un projet architectural aurait été refusé par les administrations : une unique Cité des Élèves regroupant tous les étudiants. On préfère l’éclatement, pour empêcher les élèves de trop se croiser, partager leurs idées ou pire, fréquenter des pauvres et des universitaire ! (Je n’ai pas trouvé de source sur ce projet et son refus, en revanche.)

Pour les différencier un peu plus des étudiants de l’université, les jeunes en école sont appelés élèves ingénieurs. Ils se retrouvent pieds et poings liés à l’école, non seulement géographiquement, mais aussi parce qu’ils n’ont techniquement encore aucun diplôme !

Mathieu parle de son école de Montpellier, qui ghettoïse les pauvres et les riches, avec les logements moins chers situés plus loin de l’école. Il raconte des anecdotes riches, vivantes, joyeuses et tragiques, mais où j’ai moins reconnu ma propre école.

Il rappelle enfin les mots d’Albert Jacquard : « Un gagnant c’est un fabriquant de perdants »

3. Sociologie des Grandes Écoles : bizuteurs et alternatifs

S’il y a une source à retenir de la conférence, c’est celle-ci :  

Yves-Marie Abraham : « Du souci scolaire au sérieux managérial » – étude sur HEC en immersion

C’est passionnant !

Par les fêtes et la simple occupation par les associations étudiantes, les grandes écoles cherchent à faire lâcher le souci scolaire acquis en prépa : la rigueur, le questionnement des hypothèses et l’interprétation des résultats, chercher là où l’argument est faible… pour passer au sérieux managérial – là encore, en encourageant les associations en équipe, la gestion de projet, remplir des objectifs.

En reprenant Yves-Marie Abraham, Dalmais établit un tableau de quatre cases pour classer les types d’élèves ingénieurs – en sachant qu’on peut aussi passer de l’un à l’autre ou faire partie de plusieurs cases à la fois. Il y a :

* Les élus (ou les héritiers) – ils sont tranquilles, bossent modérément, ont leur diplôme. Ils connaissent le système, souvent par leur famille.

* Les bizuteurs (ou les dévots) – ceux qui passent les « traditions de l’école », forcent les jeunes intégrés à boire… Dalmais en a eu une mauvaise expérience, mais je crois qu’ils vont moins loin dans mon école.

* Les responsables (ou les égarés) – les étudiants intéressés par leurs études et les matières (oui oui il y en a !), parfois d’une classe sociale moins aisée que la moyenne.

* Les alternatifs (ou les reconvertis) – les anti-ingénieurs, anti-école, des « fantômes », moins « intégrés » dans la vie de l’école, parce qu’ils ont une vie plus riche en dehors.

Dalmais était plutôt « alternatif ». Il s’en est rendu compte quand son école a censuré la conférence d’Attac qu’il voulait organiser (tout en invitant le Medef à côté)… Il a aussi dû renoncer à inviter Samuel Foutoyet pour qu’il parle de la Françafrique.

Le conférencier tente de ne pas juger les étudiants et leurs comportements ; il cite Frédéric Lordon qui explique que les gens se comportent comme on les pousse à se comporter.

Vidéo pour les deux personnes qui ne l’ont pas encore vue, l’angle alpha tout ça tout ça.

2. Un système qui fonctionne : « Ferme ta gueule contre un open-bar »  

En école d’ingénieurs, les étudiants sont « là pour voir le fonctionnement du système » – pas pour penser à côté. Ils apprennent les principes de mise en œuvre, et exécuter les ordres – pas vraiment proposer leurs propres idées ou interroger le contexte.

Dalmais raconte ensuite ses mésaventures d’agronome intéressé par le bio, dans un système dominé par les grands groupes industriels.

Pour changer les choses – et notamment pour protester contre une augmentation des frais de scolarité – il décide de se faire élire aux institutions où les étudiants sont écoutés, parait-il…. De CEVE en Conseil Pédagogique, il en apprend plus sur les échelons démocratiques des écoles d’ingénieurs. Et d’abord, sur les syndicats de bureaux d’élèves.

Dans les années 60, et gagnant surtout de l’influence en 68 jusqu’à la fin des années 70, l’Union des Grandes Écoles (UGE) regroupe d’abord de nombreux bureaux d’élèves. L’UGE partage les combats de l’UNEF.

Tract UGE UNEF 1968
Jusqu’à signer des tracts en commun pour la grève générale – source : Conservatoire des Mémoires Étudiantes

 

Dalmais cite des débats de l’époque :

« L’étudiant est un travailleur intellectuel et non un apprenti cadre »

« Les écoles favorisent la passivité de l’élève ingénieur – que ce soit par son maintien dans un certain confort matériel et intellectuel, par la diffusion du mythe de la supériorité de l’ingénieur, transmis par les rites que sont l’ascétisme des études, la mise en scène d’un concours hiérarchisé et l’autosatisfaction des sociétés d’anciens ou encore le partage d’un vocable commun restreint à un groupe qui se dit ainsi supérieur aux autres. Nous défendons la démocratisation des études, et la responsabilisation des ingénieurs. Par exemple, la participation aux réformes pédagogiques doit être un outil de formation à part entière, comme la première tâche d’adulte de l’élève ingénieur ».

Je n’ai pas trouvé de source pour ces citations, mais elles se rapprochent de ce qu’on trouve dans la Revue de l’UGE  de l’époque, qui se donne pour mission de « supprimer l’isolement des écoles [face au monde étudiant et à la société]», « de lutter contre le penchant technocratique »,  et de « nous prémunir contre cette tendance au particularisme [qui peut séduire] l’homme trop sûr de lui, de son avenir, de son appartenance à une certaine “élite”, qu’est l’étudiant en Grande école, sélectionné par concours et aveuglé par ses certitudes égoïstes ». 

En parallèle se crée la FNAGE, un autre syndicat étudiant mieux financé par les entreprises, qui dit plutôt (et je n’ai pas trouvé de source encore une fois) :

« Nous croyons que ce n’est pas le rôle [de la Grande École] de former un futur citoyen », bien qu’en précisant que cette formation est nécessaire, bien sûr, mais que c’est le rôle des groupes d’études économiques, des partis politiques et des syndicats, mais pas d’une grande école. [J’ajouterai qu’en 2016, les groupes d’études économiques, partis politiques et syndicats sont très peu présents à Palaiseau ou sur les campus des grandes écoles].

La FNAGE dénonce également la « politisation inacceptable, qui abandonne la défense de l’élève ingénieurs » – l’école devrait « renouer avec ses origines apolitique et corporatiste ». Évidemment, le mot « apolitique » cache souvent un biais très politique.

La FNAGE est bien subventionnée, tandis que l’UGE recherche peu à peu des financements. Après avoir été majoritaire en mai 68, l’UGE finit par disparaître. Le flambeau sera plus ou moins repris plus tard par le Bureau National des Élèves Ingénieurs (BNEI). En tous les cas, la FNAGE permet aux BDE apolitiques d’être surfinancés par les entreprises et les écoles – ils peuvent ainsi se permettre de devenir des usines à divertissements, plutôt qu’une plate-forme de changement politique.

Et évidemment, les BDE financés et festifs se font élire.

[Photo censurée par respect pour la dignité des personnes dessus]

Alors qu’il monte les échelons des instances « représentatives », Dalmais réalise que les étudiants et le vote populaire ne sont jamais écoutés : il découvre que la hausse des prix de scolarité a en fait été décidée à la CTI, où ne siègent que des directeurs d’écoles et des chefs d’entreprises. Le Ministère (donc la République) se défausse de toute ses responsabilités sur la CTI et la CGE, et les institutions où siègent des étudiants ne sont écoutées à aucun niveau (au-delà de la consultation pour la forme).

Le conférencier dévoile donc le fonctionnement du système : une « gouvernance corporatiste », derrière des « théâtres démocratiques ».

1. Comment on refuse son diplôme d’ingénieur

Finalement, Mathieu révèle comment il a « refusé » son diplôme d’ingénieur. Son école proposait deux passages internes du TOEIC (le test d’anglais normalisé, inventé par les Japonais pour vérifier que leurs cadres comprennent les Américains).

Il rate le premier passage. En cours d’année la CTI change les règles : le test doit être effectué via une entreprise extérieure, pas l’école. Un test privé et payant ? Une décision sous aucun contrôle démocratique ? Déléguer aux entreprises l’évaluation de la formation ? Se soumettre aux critères de la mondialisation ?

C’est la représentation de tout ce qu’il n’est pas venu chercher en Grande école !

Il refuse de le passer une deuxième fois – et donc d’obtenir son diplôme d’ingénieur.

Depuis, Dalmais est agronome pour une collectivité locale, et conférencier – et il mise sur l’éducation populaire et le syndicalisme pour former la population à devenir des citoyens. D’ailleurs, il encourage son public à s’impliquer dans les collectivités locales, et essayer d’inventer le futur. Il évoque Aurélien Bernier et son livre « Ne soyons pas des écologistes benêts »  qui l’a dernièrement impressionné.

C’est là l’ennui avec la conférence – elle offre peu de perspectives parallèles, mine de rien. Mais c’est vrai, elle suggère au moins d’autres visions partielles de ce que pourrait être l’école d’ingénieurs. C’est une déconstruction, une interprétation sur le fonctionnement et les causes du système. Pendant notre passage à travers ce système, on est trop occupé par les assoces pour le regarder.

Dalmais finit en chantant une chanson a capella, et la salle applaudit.

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Refuser son diplôme d’ingénieur : pourquoi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s